14 Avr SORTIE DE RESIDENCE Compagnie ChoréThéâtre / Association des Êtres chers

Résidence au Studio 8 du 22 mai au 4 juin 2017

 

Sortie de résidence : Jeudi 1er juin à 15H au Studio 8

 
Projet Oh les beaux jours 

Metteur en scène: Blandine Laignel 
Comédiens: Ambre Pietri et Alexis Ballesteros
Plasticien/scénographe: Richard Collin 

Ecrite en 1961 par Samuel Beckett, Oh les beaux jours est l’une des pièces majeures du dramaturge. Monument de poésie mettant en scène Winnie (enterrée jusqu’à la taille, puis jusqu’au cou) et Willie (son mari, quasi absent). Mais surtout l’espace qui les sépare, et le temps qui passe. Winnie tente de combler le vide par les mots, le manque de tendresse par un positivisme à toute épreuve. L’écriture si précieuse de Beckett nous fait voyager de la comédie à la tragédie, du terrien au céleste, de  la vie à la mort, tout en délicatesse.

Philippe Noiret disait :  » Pour être comédien, tu plantes d’abord tes deux pieds dans la terre, et tu dis la vérité. » C’est jusqu’à la taille que Beckett enterre Winnie pour commencer Oh les beaux jours. Un appel à être là et bien là. A repenser notre rapport au monde.

Oh les beaux jours ne laisse pas d’autre choix que de se plonger dans les questions : celle du sens en premier lieu. Lire le texte de Beckett comme on écoute un ami cher qu’on essaie de comprendre dans et entre les lignes. Puis comment ce texte fait écho en nous, aujourd’hui. Pourquoi cette absence d’intrigue, d’action. Pourquoi contraindre le corps jusqu’à l’immobilité? Quelle place donner à Willie? Que faire de ses interventions soudaines et décalées? Comment faire pour laisser la place induite par le texte à l’indicible, l’innommable? Est-ce Winnie qui s’enfonce dans la terre ou est-ce la terre qui recouvre doucement Winnie? Comment refléter ce rapport si fort au temps qui passe, ce voyage incessant de l’esprit humain entre la mémoire du passé, l’appréhension de l’avenir, la quête de l’instant présent?

Un plongeon au coeur des questions que chacun se pose au plus profond de soi.

Blandine Laignel